Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Carnets Nomades

Carnets Nomades

Récit en photo et bavardages de nos voyages en camping car en Europe centrale, Europe de l'est et du nord; Asie Centrale et Amérique du sud

Publié le par Catherine & Gilbert
Publié dans : #Il était une fois en 1996 la KKH de Lahore à la Kundgera Pass
Bien sur Istanbul c'est Sainte Sophie, la mosquée Bleu, Topkapi Mais c'est aussi plein d'endroits sympas comme ce café à narguilé

Bien sur Istanbul c'est Sainte Sophie, la mosquée Bleu, Topkapi Mais c'est aussi plein d'endroits sympas comme ce café à narguilé

Le 18 juillet, cette étape nous a amenés d'Aspro-machin à Istanbul. Arrêt à midi à Alessandropouli. Baignade magnifique dans une petite crique puis, passage de la frontière turque sans problème. Un jeune turc de Belgique explique dieu sait quoi aux douaniers à propos de notre carnet de passage en douane et nous explique à nous qu'il a une combine avec son frère pour rentrer des voitures en Turquie... Bien...On change deux cent Frs qui nous donnent 3.262.000,00 Liras turques !. De la frontière jusqu'à Istanbul, le paysage est plat et sans le moindre intérêt . Par contre, on a pris du gasoil à la première station, il coûte 40.000 liras le litre, soit environ 2,50 Frs. Le soir, Jacques et Dolo nous ont invités au restaurant pour 3.000.000 de liras !Terrible ! :-D ! Téléphoné à Fred, tout va bien à Montpellier. En rentrant du restaurant, par flemme de faire un crochet de 100M, nous traversons une route à 2 fois 2 voies, une vrai folie ! Arrivés de l'autre coté sains et sauf, nous avons l'impression d'avoir échappé d'un vrai chaos !

Nous avons établi le campement à l'Atakoy camping, que Jacques a trouvé du premier coup sans hésitation au milieu de la circulation démente d'Istanbul. Chapeau. ( Aujourd'hui, en 2016, l'Atakoy camping n'existe plus. )

Le 19 juillet. Ce matin, nous prenons le bus de ville pour aller visiter le bazar qui est immense, bien plus grand qui tous les souks que je connais, et rempli de trèsors. Comme toujours je suis fascinée par l'agitation, par les gens, par les étalages. Gilbert a lu, probablement dans le Guide Bleu que le bazar d'Istanbul s'étend sur 20.000 M2 couverts, ce qui en fait le plus grand marché couvert du monde. Les voutes des rues sont superbes et aux carrefours, les portes à pour la prière colonnes sont ornées de mosaïques bleus. On ne sait plus où donner du regard, cependant, pour Dolo et moi,, il se dirige tout naturellement vers le quartier des bijoutiers :-) Pour 1.000.000 de liras, soit 60Frs environ, j'achète un superbe bracelet en argent. Vers midi, à notre grande stupéfaction, à l'appel du Muezzim, plein de gens, commerçants, chalands etc. se sont mis à quatre pattes dans le rue pour la prière.

Jacques, qui n'aime pas beaucoup le bazar est allé téléphoner à leurs amis Ferrat et Sahadet que Jacques avait eu comme doctorante au CNRS de Montpellier et Gilbert est allé se promener lui aussi de son coté. A midi rendez-vous au café du bazar égyptien où on retrouvera Sahadet. Apès une collation rapide, on se sépare, Sahadet amène Jacques et Dolo visiter son Université de Galata Saray, tandis que Gilbert et moi allons visiter Sainte Sophie, le Mosquée Bleue et la Citerne. Nous sommes un peu déçus par l'intérieur de Sainte Sophie qui est rempli d'échaffaudage et de touristes ;-), par contre, nous avons beaucoup aimé la Mosquée bleu où il y a des mosaïques splendides ainsi que l'ambiance de la grande Citerne, la forêt de colonnes de "récupération et les deux figures de Méduse tout au fons.Alors que nous nous dirigions vers Topkapi, nous avons assisté en direct à un incendie dans le quartier de la Citerne. Une des nombreuses maisons en bois typiques d'Istanbul, s'est enflammée comme une torche, c'était très impressionnant. L'efficacité des pompiers aussi ! Gilbert a absolument voulu jouer les badauds, je n'étais pas très rassurée, nous étions couverts de cendres et de vapeur d'eau toute noire. A 19 heures rendez-vous à nouveau au café du bazar égyptien où Farrat nous rejoint après son travail. Nous prenons alors tous les six un taxi pour aller à Eyup, un quartier de boutiques européennes, de cinéma, de petits restau. Il semble que ce soit le quartier +/- intellectuel de la ville ou en tous cas, le quartier étudiant. Nous mangeons rapidement sur place une sorte de giropita accompagnée de vischney jus de cerise typique, fabriqué dans le cas présent par Coca-Cola. retour à l'Atakoy en taxi sur les chapeaux de roues...à la turque quoi ! demander nos visas

Le 20 juillet, le matin, Farrat vient nous chercher au camping. Lui et Sahadet veulent absolument que nous allions loger chez eux mais avant, nous nous déguisons en iraniennes ( manches longues et foulard sur la tête , pour aller demander nos visas de transit à l'ambassade d'Iran.L'atmosphère est un peu lourde, on parle à des gens derrière des vitres fumées, mais bon, on nous assure que demain nous aurons nos visas. L'après midi, très belle promenade le long du Bosphore, rive européenne. Jolis petits ports et belles maisons de bois très riches peintes de couleurs pastel avec des bow-windows. On prend des photos dans un village de pêcheurspuis dîner dans un restaurant de pêcheur en terrasse, face au fort de Murat III. Il est étonnant de voir les énormes bâteaux qui circulent sur le Bosphore qui doit être sacrément profond pour permette ce transit. Derrière nous au restaurant un "mariage triste" : une très joile mariée et son époux plus deux autres couples, pas de rires, pas de musique, pas de chants. Ils mangent plus silencieusement et plus rapidement que nous et s'en vont ....A ces confins de l'Europe, on imagine tous les scenarii possibles... Retour en ville et promenade dans un autre quartier avec toujours ces très belles maisons de bois. Ferrat nous explique qu'il est Kurde et appartient à une communauté musulmane, les Malawis très attachée à la laïcité. C'est à cette communauté qu'appartiennent les derviches tourneurs.

Le 21 juillet. Ca y est, on a nos visas de transit pour lIran sans problème mais pour 5 jours seulement. ( va encore falloir faire vite ! ) En tous cas, on se demande pourquoi les gens s'embêtent avec les visas à Paris !

Promenade dans le quartier des faculté avec Ferrat. Arrêt dans un café à narguilé. Il paraît qu'ils sont toujours à coté des mosquées. Les hommes s'y réunissent pour discuter. Dans celui où on s'est arrêtés, il y avait une "prison politique". Quand l'un des parleurs dit une trop grosse bêtise ou bien développe une thèse scabreuse, on l'envoie dans cette pièce réfléchir ! En tous cas, ce café était un endroit très coloré avec une galerie en carré autour d'un patio fleuri. En été des divans sont disposés dans la galerie, en hiver, les gens s'installent dans les pièces qui ouvrent sur la galerie.

Achat d'un foulard pour l'Iran à des petits commercants de rue. Dans ce quartier des facultés, il y aplein de Russes qui viennent vendre des vieux stocks de l'armée et qui rachètent des trucs de plus ou moins bonne qualité pour les revendre en Russie. Dans les magasins, tout est marqué en russe. Dans le tramway qui nous ramène à la voiture, il y a un monde fou et Jacques se fait piquer son porte monnaie. Il était tout désolé mais vraiment, on était debout, sérrés comme des sardines, difficile dans ces cas la de se protéger . L’après midi, nous allons avec Ferrat et Sahadet chercher de l'eau à des réservoirs installés dans la forêt au dessus d'Istanbul car l'eau du robinet est pourrie. La forêt est immense, majoritairement des chênes et s'étend jusqu'à la Bulgarie. Ensuite, promenade sur la mer Noire. Jacques se baigne bien sur :-). Sur le chemin qui mène à la plage, , on croise un jeune qui était tombé dans les rocher. Je lui donne mon tube d'arnica homéopathique. Retour chez Ferrat et Sahadet avec des embouteillages monstre ! Je téléphone à Jef, tout va bien pour lui aussi . Au fait, la sonnette de l'appartement de Ferrat et Sahadet est d'enfer ! Elle imite à la perfection le gazouillis d'un oiseau !

Turquie, Istanbul en attendant notre visa pour l'Iran

Commenter cet article

Visiteurs

Articles récents

Hébergé par Overblog